• Jean-Baptiste Goussard

     

    Jean-Baptiste Goussard

     

    Jean-Baptiste Goussard, certifié de lettres modernes, prépare une thèse en poétique-stylistique portant sur les écritures en fragments. Il s’intéresse particulièrement au langage de l’œuvre d’art littéraire, à la manière dont il peut toucher au monde, à la manière dont il le « représente » ou l’incarne. En ce sens l’écriture en fragments est la forme privilégiée de cette expérience langagière littéraire. De manière connexe, il s’intéresse également aux problèmes du silence et du blanc typographique dans l’œuvre, à ce qu’il représente ou manifeste. De telles réflexions l’amènent à travailler sur des auteurs tels que Mallarmé, Blanchot, Char, en particulier, mais au-delà, c’est la question du langage poétique qui est centrale tant dans ses aspects purement linguistiques que, plus largement, poétiques, voire ontologiques.

    Publications :

    « Comprendre le fragment ; éprouver l’espace littéraire », Séminaire Question de linguistique théorique : qu’est-ce que comprendre ? dirigé par le Pr. Ph. Monneret

     

    « Usages de l’analogie dans la fiction mallarméenne », Cahiers de linguistique analogique, « Analogie et fictions », S. Hubier (dir.), Dijon, Abell, n°6

     

    « L’esthétique du fragment dans la poétique de Magnus », La langue de Sylvie Germain, C. Narjoux et J. Dürrenmatt (dir.), Dijon, EUD

     

    « L’arrière-texte comme arrière du texte dans les écritures fragmentaires », « Intertexte et arrière-texte : les coulisses du littéraire », Approches Interdisciplinaires de la Lecture, Marie-Madeleine Gladieu et Alain Trouvé (dir.), n° 5, Presses Universitaires de Reims (Epure).

     

    « Question de grammaire à l’oral » et « Étude grammaticale d’un texte postérieur à 1500 », Aloysius Bertrand, poétique d’un crieur de nuit, S. Ledda et A. Loiseleur (dir.), Paris, PUF-CNED.